Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 00:13

 

 

Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos dans La Vie

 

 

La vie d'Adèle

 

Film d'Abdellatif Kechiche

 

Avec Adèle Exarchopoulos, Léa Seydoux, Jérémie Laheurte, Catherine Salée

 

 

 On a pu dire, ici et là, que dans "La vie d'Adèle", les plans rapprochés prenaient une telle place dans le cadre que le spectateur pouvait se sentir coincé dans ce filmage univoque. Certes, par le truchement d'Adèle Exarchopoulos, Kechiche témoigne d'une insistance qui confine à l'obsession préhensible. Faire corps avec l'actrice, comme pour gommer la division actrice-personnage. Le visage d'Adèle Exarchopoulos en particulier, saisi en d'innombrables gros plans (ceux-là même qui empêchent toute échappée) représente à lui-même un monde en soi, où sont censées figurer les plus infimes variations. Le visage devient un champ d'exploration où s'expriment de multiples émotions, tout comme il est porteur de la durée du plan, ce en quoi certains pourraient trouver que cela mène à l'asphyxie.

 

 Il n'y a pas, dans cette captation (capture) du visage  une volonté de la part de Kechiche d'opérer comme un Pasolini, qui disait "filmer le visage comme une apparition sacrale". Ici, pas de dehors mystique, de volonté de porter le visage vers une quelconque transcendance. Le visage n'est pas ici prisonnier du cadre, mais est au contraire le générateur de sa plénitude. Il s'exprime littéralement comme un fruit exprime son jus : larmes, morve y sont livrés dans leurs débordements et la bouche ouverte d'Adèle y est comme le parachèvement d'un visage saisi dans une béance par laquelle toute expérience, tout rapport au réel doit passer. On est à la conjonction d'une passivité (être dans l'attente d'être investie par la réalité) et d'une activité (faire en sorte, par cette disponibilité, de ne rien rater des choses qui adviennent).

 

 Ce choix esthétique qui consiste à suivre un personnage avec une attention soutenue, marque une conquête dans l'univers de Kechiche : c'est par exemple s'affranchir de la fameuse fin de "La graine et le mulet", à l'évidence dialectique, qui consistait, par un montage alterné, à inscrire un corps (celui d'Hafsia Hersi) dans la lumière de l'épanouissement, tandis que l'autre s'acheminait vers la mort. "La vie d'Adèle" n'offre pas cette tension du montage, pas plus qu'il ne propose, à l'instar d'un Lars Van Trier, une agitation frénétique et virtuose de la caméra au sein de plans rapprochés. La trajectoire d'Adèle est proposée sans alternative : il s'agit de suivre un personnage dans les recoins les plus profonds du désir, jusqu'à ce point de fuite où il disparaît au détour d'une rue.

 

 Ainsi Adèle, solidement ancrée au plan, et soutenue par la caméra de Kechiche, connaît donc ce mouvement inaltérable qui fait que, à l'encontre des attentes de promotion sociale formulées par Emma, elle parvient à se réaliser en tant qu'institutrice, au risque de la solitude. Un plan, au départ du film, métaphorisait de manière discrète l'ajustement du personnage au plan, son immersion définitive dans l'espace de la fiction : Adèle filmée de dos dans une rue, à l'allure tranquille, jusqu'à ce que, voyant un bus passer devant elle, elle précipite le pas pour tenter de le rattraper. Il s'agira pour elle, par la suite, de ne plus rater aucun palier, d'être de tous les plans, à l'affût, pour n'avoir à opérer aucun autre réajustement.

 

 "La vie d'Adèle" ne supportant donc pas l'alternative, n'aime pas non plus le vide, le hors-champ : c'est le film de la visibilité immédiate, le film du déploiement des actes dès lors qu'un signal est jeté aux yeux d'Adèle (la vision fugitive d'Emma qui va tout orienter). C'est ainsi que le hors-champ qui la fait rencontrer un autre homme (rencontre non filmée, elliptique, simplement narrée lors de l'aveu d'Adèle) condamne sa relation avec Emma. Une visibilité dans le film qui va de pair avec une immédiateté pulsionnelle, amenant à devoir saisir chaque moment déterminant (l'embrassade avec l'amie de lycée qui, consciente de l'incendie qu'elle a allumé, n'assume pas son acte).

 

 Il règne ainsi dans le film une clarté qui est aussi bien de nature visuelle (Emma identifiée comme lesbienne par les amies d'Adèle, suscitant leur colère) que de nature langagière  (l'ami homo d'Adèle qui avoue sans fard qu'elle était dans un bar gay, ne cherche en aucune manière à masquer la vérité des situations, et des sentiments qui en découlent).

 

 Enfin, si Adèle est enveloppée par la caméra protectrice de Kechiche, sa trajectoire entre dans une phase de transformation, pas seulement sociale - en ce qu'elle devient institutrice - mais esthétique : le corps se détache de la plénitude du plan pour devenir objet d'art, soumis au regard de visiteurs lors du vernissage de l'expo d'Emma. En devenant objet pour l'autre, Adèle opère une mue définitive dans cette galerie, se débarrassant à la fin d'une peau, d'une surface, pour entrer définitivement dans le grand mouvement de la vie.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Blog De Karminhaka

  • : Attractions Visuelles
  • : Cinéma, théâtre, voyages, danse contemporaine, musique du monde
  • Contact

Recherche