Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 21:14

 

 

 

 

Only lovers left alive

 

Film de Jim Jarmusch

 

Avec Tom Hiddleston, Tilda Swinton, Mia Wasikowska, John Hurt, Anton Yelchin

 

 

 On sait la langueur qui peut habiter la plupart des films de Jim Jarmusch, et ce depuis "Stranger than paradise". Langueur qui laisse pointer une menace pour les personnages, celle d'être engloutis dans l'espace, jusqu'à ce qu'apparaisse la question de l'enfermement carcéral. On sait aussi combien cette menace d'immobilisation fonde aussi une aspiration à l'ailleurs, sur un mode nostalgique ou de pure conquête idéalisée.

 

 "Only lovers left alive" constitue, à ce propos, une poussée ultime de thèmes si longtemps développés. C'est le film du dernier retranchement, de la perte de toute illusion de progression, puisque les personnages n'ont plus seulement à faire à l'espace, mais au temps. Vampires traversant les siècles, mais de plus en plus étroits dans le monde qu'ils occupent, et qu'ils ne cherchent pas véritablement à habiter. Le film de Jarmusch est ainsi une fête funèbre où principalement, un vampire, Adam, pourtant célèbre musicien (Tom Hiddleston), fuit en tout point la relation aux vivants, n'entretenant de véritable contact qu'avec l'un d'entre eux, Ian, et cela parce que celui-ci apporte une certaine efficacité dans sa façon de l'alimenter, en guitares vintages, principalement.

 

 La collection d'objets, si elle vise à maintenir un certain rapport au réel, conduit aussi à leur momification, et non à leur exaltation. Momification équivaut ici à muséification. Il faut voir ces scènes où le vampire à sa fenêtre guette le ballet des humains à quelques mètres de sa porte : une forme d'inquiétude perce dans ces scènes, leur conférant un vrai pouvoir horrifique, assez évocateur de films d'horreur où l'on craint d'être assaillis par des forces ténébreuses (façon "Nuits des morts vivants"). Son aspect nocturne, retranché, donne aussi au film un petit côté John Carpenter : sentiment d'une menace qui plane, aux contours indéfinis car enveloppée dans son manteau de nuit.

 

 "Only lovers left alive" est en cela un film de perte où les vampires, dans une incapacité totale à exercer leur fonction prédatrice, opèrent un repli vers des actes solitaires, fondés sur une pure exaltation du goût. Transformer ainsi le sang en moments de dégustation suave les enferme dans une célébration autarcique ou, pour tout dire, misanthropique ; l'autre, dans le film, n'étant envisagé que dans un rapport de transaction : on redoute, à chaque fois que le vampire va voir son fournisseur en sang, qu'il ne finisse par l'abattre. Ballet funèbre, "Only lovers left alive" ferme la porte à tout lien pour enfermer ses personnages dans un geste hautain.

 

 Cette misanthropie va de pair avec une certaine mélancolie, une peur au fond de l'autre, par cette façon de ne pas pouvoir s'inscrire dans le temps et l'espace humain, d'y exercer sa force ténébreuse. Cela pourrait les rendre sympathiques. Mais l'arrivée d'Ava, la sœur d'Ève (joué par Tilda Swinton, qui fait ce qu'elle peut pour tirer son amant d'une morgue existentielle), si elle apporte son lot de détente et de fraîcheur, tourne court. On pourrait juger cruel le fait qu'elle sacrifie le personnage le plus avenant du film, mais cette liquidation avait paradoxalement une vertu positive : redonner, de manière festive et souriante, tout son sens à l'acte de prédation, en l'enrobant d'un semblant de désir. Mais il n'y a rien à faire. La renvoyant manu-militari, le couple aristocratique ne fait que conforter sa position de refus. Et le retour au Maroc, qui ne représente, à l'occasion de la mort de Marlowe, qu'un retour à des valeurs antiques, parachève la démarche de clôture du film. L'ultime scène pourrait ouvrir une nouvelle appétence à la vie. Mais pour le spectateur, il est déjà trop tard.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Karminhaka - dans CINEMA (critiques)
commenter cet article

commentaires

Blog De Karminhaka

  • : Attractions Visuelles
  • : Cinéma, théâtre, voyages, danse contemporaine, musique du monde
  • Contact

Recherche