Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 22:03

 

 

 

Un Batman dans ta tête

 

Pièce de David Léon

 

Mise en scène d'Hélène Soulié

 

Avec Thomas Blanchard

 

 

 Les lumières à demi éteintes dans la petite salle du Théâtre de la Loge – avec ses airs d'espace intime digne du Off d'Avignon -, un corps s'approche, vêtu d'un tee-shirt et d'un maillot de bain. La lumière s'éteint alors et lorsqu'elle se rallume quelques instants plus tard, pour le vrai début de la représentation, on découvre le comédien Thomas Blanchard, accroupi dans une baignoire remplie d'eau , le dos tourné au public. Face à lui, un grand miroir incliné.

 

 La mise en scène de "Un Batman dans ta tête" est aussi simple que lumineuse, pourvue d'une force signifiante autant qu'elle se signale par sa limpidité. Le sujet de la pièce de David Léon, inspiré par un fait divers, parle de division du sujet, de schizophrénie à vrai dire. La traduction visuelle adoptée par Hélène Soulié est d'autant plus juste qu'en voulant illustrer le texte, elle ne perd jamais de vue cette question de la division. L'acteur est la plupart du temps représenté dans ce grand miroir et l'on peut dire que l'on colle constamment à cette vision. Que des rangées de spectateurs s'y reflètent pourrait orienter cette mise en scène vers une élégante installation ; mais en fait, dans la pénombre, les formes muettes vues prennent une aura assez inquiétante, comme si le sujet diffracté trouvait dans ces ombres silencieuses matière à encore plus de délitement.

 

 Dans ce monologue où une voix en dit plusieurs, où un sujet s'exprimant semble toujours convoquer de multiples figures, David Léon jongle avec des strates  narratives vertigineuses. Plusieurs modes de récit sont convoqués, si bien qu'on a l'impression d'un foisonnement de personnages, pris dans un mouvement d'interchangeabilité et de réversibilité. Il y a pourtant un usage constant du "on", qui donne une ligne directrice au monologue. Mais c'est aussi ce "on" qui, dans son indéfinition même, jette un trouble dans l'identification du personnage. Tonalité infantile, sophistication poétique : les plans littéraires diversifiés affirment chez David Léon une maîtrise narrative.

 

 Et dans ce monologue de près d'une heure trente, Thomas Blanchard se révèle vraiment excellent. Commençant son texte d'une voix à peine audible, son ton s'élève lentement, de manière très mesurée, jusqu'à arriver au moment où, comme une outre trop pleine, il éclate. Il faut, pour arriver à une telle qualité dans la conduite d'un récit hors norme, un metteur en scène vraiment talentueux. C'est ce qu'est à coup sûr Hélène Soulié, qui arrive à donner à "Un Batman dans la tête" une belle fluidité.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Karminhaka - dans THEATRE (critiques)
commenter cet article

commentaires

SOULIE 23/07/2014 13:13

Merci !!! :-)))

Blog De Karminhaka

  • : Attractions Visuelles
  • : Cinéma, théâtre, voyages, danse contemporaine, musique du monde
  • Contact

Recherche