Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2015 6 28 /11 /novembre /2015 21:13

 

       Photo : Anne Van Aerschot

 

 

 

Die Weise von Liebe und Tod des Cornets Christoph Rilke

(Le chant de l’amour et de la mort du cornette Christoph Rilke)

 

Chorégraphie Anne Teresa De Keersmaeker

Avec Anne Teresa De Keersmaeker, Michaël Pomero, Chryssi Dimitriou

 

 

 

 A côté de ses spectacles qui font l'objet d'une reprise (comme "Rain", à l'Opéra de Paris), Anne Teresa De Keersmaeker trace une voie de plus en plus singulière, au point de nous surprendre. "Le chant de l’amour et de la mort du cornette Christoph Rilke", sur un texte de Rainer Maria Rilke , ajoute à cette évolution, à la fois beaucoup plus intimiste, mais dont le projet se révèle aussi ambitieux que les grandes formes.

 

 Cette dernière pièce ne manquera pas d'en laisser plus d'un sceptique, par sa radicalité technique, tout autant que par le champ exploré. Une sécheresse du dispositif que ne laisse pas augurer l'entrée en scène de Michaël Pomero : dans sa conquête physique d'un plateau nu, ses mouvements circulaires dessinent au sol crayeux des circonvolutions affirmées. Souplesse du corps, générosité de tracé chorégraphique, la marque d'Anne Teresa De Keersmaeker s'affirme très vite, au point que l'on puisse se sentir dans une terrain connu.

 

 A partir du moment où Pomero sort de scène, le texte de Rilke, dont on croyait qu'il allait être dit, s'affiche alors au fond de la scène, page après page (à gauche la version allemande, à droite la française), sans aucune autre forme d’événement visuel en soutien. Cela dure bien une dizaine de minutes, et a de quoi susciter l'incrédulité du public, surtout pour ceux qui, on peut le supposer, ont du mal à lire le texte.

 

 Ce premier mouvement, au fond n'est pas éloigné de celui de "Partita 2", présenté il y a deux ans au Théâtre de la Ville. Amandine Beyer y jouait la fameuse sonate pour violon de Bach, dans le noir total, avant que les danseurs ne proposent une traduction corporelle des pulsations rythmiques de la musique. Si le propos est proche ici, la démarche ne prend pas le même chemin, car ce qui fait directement suite ici au texte de Rilke, c'est la venue d'une flûtiste, Chryssi Dimitriou, qui exécute un étonnant morceau de Salvatore Sciarrino. Basée sur la maîtrise du souffle, avec des effets percussifs, dans une implacable rythmique.

 

 Mais cette irruption talentueuse de la musique, comparée à bien d'autres spectacles d'Anne Teresa De Keersmaeker, n'occupe pas le centre de la pièce, en tout cas n'interagit pas, ou si peu, avec elle. C'est bien la dimension théâtrale qui est exploitée dans cette œuvre et Chryssi Dimitriou, longtemps immobile, signale l'effacement de la musique. Et c'est sans doute en cela que réside l'aridité de cette pièce, car le rendu chorégraphique du texte ne fonctionne pas de la même manière que la traduction physique de la musique, qu'Anne Teresa De Keersmaeker a tant exploré ces dernières années, parfois de façon très théorique ("3 Abschied", avec Jérôme Bel).

 

 A partir du moment où la chorégraphe reprend oralement le texte, on retrouve une de ses tendances à l'oeuvre dans ses dernières créations, celle de la répétition : reprise d'un texte à son début, puis coïncidence entre celui-ci, en fond de scène, et un jeu théâtral où la chorégraphe s'engage dans un déploiement de la parole et du corps dans l'espace. Ce sont moins des figures chorégraphiques savantes qu'une volonté d'habiter physiquement un texte qui prévaut alors. Expressivité, tension, énergie : les déplacements d'Anne Teresa De Keersmaeker, ses clameurs, se veulent autant de manières de révéler une texture théâtrale. S'il n'est pas évident pour le spectateur de comprendre cette approche, voir finalement Anne Teresa De Keersmaeker évoluer seule sur scène marque une volonté d'exploration inébranlable. Tout un champ de création semble encore s'ouvrir devant elle.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Karminhaka - dans DANSES CONTEMPORAINES
commenter cet article

commentaires

Blog De Karminhaka

  • : Attractions Visuelles
  • : Cinéma, théâtre, voyages, danse contemporaine, musique du monde
  • Contact

Recherche