Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2016 1 22 /02 /février /2016 21:58

 

 

 

 

Le coup droit lifté de Marcel Proust

 

D’après le roman Du Côté de chez Swann de Marcel Proust

 

Par le Collectif Les Possédés, dirigé par Rodolphe Dana

 

Avec Katja Hunsinger, Antoine Kahan, Marie-Hélène Roig

 

 

 

 S'attaquer à ce monstre de la littérature qu'est "A la recherche du temps perdu", de Marcel Proust, impose soit une approche démesurée, soit une grande modestie. Avec la durée du spectacle proposée par le Collectif Les Possédés (1h15), on pressent la deuxième option. Pour autant, la sobriété totale de la mise en scène ne veut pas dire pour autant que l'ambition de l'approche n'y serait pas. Au contraire.

 

 En choisissant d'adapter quelques passages de "Du côté de chez Swann", premier volet de la Recherche, le collectif dirigé par Rodolphe Dana ne vise pas moins qu'à faire coïncider le départ d'un texte fleuve avec l'idée d'un commencement dans la mise en scène. Et ce point de départ, il se fait dans un noir total, d’où s'élève la voix d'Antoine Kahan. Une voix qui s'empare du texte, avec des inflexions et une façon de jouer particulière. Quelque part, le texte patine, on y sent des reprises, volontaires, comme si l'émission de la voix, incertaine, provenait des profondeurs gelées de la mémoire. Remettre en selle le texte, l'arracher au temps de son développement d'avant semble supposer ce tâtonnement.

 

 Ce très lent jaillissement, d'ailleurs, revêt une dimension fantomatique : extirper le texte de la nuit de la mémoire pour le faire accéder à la pleine lumière. Et quand bien même la lumière se fait sur la scène, montrant enfin les comédiens, leur présentation frontale, leur immobilité renvoient encore à une forme de théâtre élémentaire, antique. Le jeu des deux comédiennes, Katja Hunsinger et Marie-Hélène Roig, ne se fait pas plus expressif. On se tient encore à un stade où dire le texte suppose une mise à plat totale.

 

 Pourtant, la réussite de cette adaptation tient à cette capacité à faire surgir toute la force du texte de Proust, ces infinis méandres stylistiques, ces phrases qui s'enroulent et se développent, tel un torrent qui, sur son passage, s'emplit de tout ce qui environne ses abords. Le collectif sait aussi faire ressortir, avec délié, l'humour du texte de Proust, sans aucunement forcer sur un parti-pris. Donner à entendre Proust avec autant de simplicité, c'est le pari réussi des Possédés.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Karminhaka - dans THEATRE (critiques)
commenter cet article

commentaires

Blog De Karminhaka

  • : Attractions Visuelles
  • : Cinéma, théâtre, voyages, danse contemporaine, musique du monde
  • Contact

Recherche