Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 20:34

 

 

 

Let me change your name

 

Chorégraphie de Eun-me Ahn

 

Avec Eun-me Ahn Company

 

 

Après être resté sur trois spectacles thématiques présentés au début de la saison dernière, dans le cadre de l'année France-Corée (la série des "Dancing... "), on attendait avec une vive curiosité la présentation d'une nouvelle pièce de Eun-me Ahn. Tardivement, mais bien installée sur les scènes parisiennes désormais, la chorégraphe coréenne livre avec "Let me change your name" une nouvelle pièce, dont il serait plus prudent de dire qu'elle est présentée pour la première fois en France, tant nous avons du retard sur sa production chorégraphique foisonnante.

 

Il y a par ailleurs une impression troublante à voir ce spectacle présenté à 22 heures au Carreau du Temple non dans une salle, mais dans la Halle, avec la promesse d'une chaleur étouffante, illustrée par la distribution d'éventails à l'allure toute asiatique. Très axé sur un grand nombre de scènes où les danseurs et danseuses se dépouillent de leurs vêtements, évoluant souvent torse nu, "Let me change your name" semble particulièrement adapté à cette atmosphère torride, comme s'il avait été conçu pour ces lieux.

 

Ce rapport au vêtement, décliné à l'envi dans un rythme obsessionnel, définit le tracé thématique de cette pièce enjouée. Pourtant, l'entame avait de quoi dérouter : emmené par Eun-me Ahn elle-même, engoncée dans des mouvements lents digne de séquences de tai-chi, le spectacle, d'une lenteur chloroformée, prend une allure méditative. Les danseurs, peu à peu, habillés de noir, investissent la scène au ras du sol, tout en glissades, exécutant des figures puisant dans la tradition dansée coréenne.

 

Point de départ déroutant, certes, mais c'est sans compter sur la vertu fondamentale d'Eun-me Ahn, consistant à imprimer un rythme virtuose à ses chorégraphies. Et c'est une fois que celui-ci est bien engagé que les danseurs se servent de leurs vêtements pour tracer un autre sillon. Les vêtements, débarrassés de leur statut d'enveloppe, deviennent objets qu'on tord, frappe au sol, permettant de tisser des liens entre les danseurs (ils s'en servent pour recouvrir ou découvrir le corps de l'autre, les lancent en l'air pour qu'ils soient récupérés par d'autres). Dans cet échange, c'est aussi la question de la fusion des identités sexuées qui est représentée, car que les femmes soient frêles et certains garçons impressionnants physiquement, c'est vers une sorte d'unité formelle  qu'ils convergent.

 

Ce jeu inlassable sur le vêtement pourrait paraître très insistant, au point de donner l'impression d'être univoque. La surprise, chez Eun-me Ahn, tient encore à l'exploitation d'un autre aspect qui lui est cher : le rapport aux couleurs, provoquant un étonnement constant dans le regard du spectateur. Appuyé par un remarquable travail sur la lumière, les changements de couleurs sont tels qu'au sein d'une même séquence, on a l'impression de voir des danseurs évoluer avec des teintes différentes. Le caractère débridé de la chorégraphie se confond avec la variation des couleurs. Avec cet élan pop qui la caractérise, Eun-me Ahn fait de "Let me change your name" un spectacle où la vibration colorée se cale sur le rythme de la danse, comme pour en intensifier l'irrésistible dynamique.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Karminhaka - dans DANSES CONTEMPORAINES
commenter cet article

commentaires

Blog De Karminhaka

  • : Attractions Visuelles
  • : Cinéma, théâtre, voyages, danse contemporaine, musique du monde
  • Contact

Recherche