Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 21:51

 

    photo : Jean-Louis Fernandez

 

 

Ceux qui errent ne se trompent pas

 

De Maëlle Poésy et Kevin Keiss

 

D'après "La lucidité" de José Saramago

 

Mise en scène de Maëlle Poésy

 

 

 Nous devons l'avouer ici : nous n'avons pas lu "La lucidité" roman de José Saramago, adapté ici par Kevin Keiss et mis en scène par Maëlle Poésy. Pas lu, et c'est tant mieux. Car force est de constater, devant cette mise en scène d'un roman, que c'est la puissance du théâtre qui, une fois de plus, donne à voir sa capacité à porter une œuvre au devant du public pour y faire sonner les interrogations les plus actuelles. "Ceux qui errent ne se trompent pas" prend très vite une dimension troublante, en renvoyant chaque spectateur à l'évidence d'une actualité bien vivante.

 

 Une seule expression, dans la pièce, suffit à créer une myriades d'impressions troublantes, en nous renvoyant, en France, aux événements les plus tragiques : "l'état d'inquiétude". Un état décrété à la suite d'une situation incroyable arrivée dans une capitale, où les électeurs ont voté lors d'un scrutin majoritairement blanc. Une expression d'autant plus forte que, même en opérant un déplacement linguistique, elle conserve toute sa charge évocatrice. Le simple glissement du langage ne suffit pas à cliver le réel et la fiction.

 

 A l'ouverture de "Ceux qui errent ne se trompent pas", on assiste, sur un mode individuel, à la sacralisation du geste électoral : une femme installe une urne sur une table, et la manière dont elle l'asticote avec un chiffon, d'une méticulosité confinant à l'obsessionnel, affirme la prégnance d'un acte ancré, incontestable, comme la préparation à une cérémonie religieuse. Beau départ, rendant par la suite d'autant plus fort l'acte qui va fendiller cette belle ordonnance démocratique.

 

 Fable politique se raccordant à une réalité bruissante, "Ceux qui errent ne se trompent pas" séduit par sa capacité à intriquer deux dimensions, réel et imaginaire, de par les seules forces de la mise en scène. Si on part d'un point de vue rationnel pour expliquer au départ le peu de votes (une pluie abondante), l'irrationalité finit par gagner l'esprit des politiques (au point de mettre en œuvre des mesures radicales pour contrer un geste considéré comme subversif). Mais cette pluie, gage de rationalité, en tombant en continue dans la salle, finit par acquérir un caractère fantastique, jusqu'à cette scène vers la fin, où le plateau est envahi par des plantes.

 

La mise en scène de Maelle Poésy, d'une grande souplesse, opérant sans cesse sur des changements de scène, d'objets, renforce l'idée d'un événement instable échappant au contrôle des personnages. Souvent drôle, de par les situations dépeintes (comme l'interrogatoire finissant par se retourner contre celui qui interroge), elle se teinte de plus en plus d'absurdité, lorgnant du côté de l'univers d'un Ionesco (pour cette impression de solitude face à une menace vers laquelle tend la pièce). Ce dynamisme scénique, en contribuant à faire de ce sujet éminemment politique une fable légère, fait tout le prix de "Ceux qui errent ne se trompent pas".

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Karminhaka - dans THEATRE (critiques)
commenter cet article

commentaires

Blog De Karminhaka

  • : Attractions Visuelles
  • : Cinéma, théâtre, voyages, danse contemporaine, musique du monde
  • Contact

Recherche