Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 09:11

 

 

 

ATEM le souffle

                                         Photo : Christophe Raynaud de Lage

 

 

 

 ATEM le souffle

 

Mise en scène, chorégraphie et scénographie de Josef Nadj

 

Avec Anne-Sophie Lancelin et Josef Nadj

 

 Toujours féru de références, aussi bien littéraires que plastiques, Josef Nadj met cette fois-ci au centre de sa dernière création un peintre : Albrecht Dürer (1471-1528). Pour corser le tout, ce n'est ni plus ni moins que son plus célèbre tableau "Melancolia" qui fait office de marqueur, ainsi que deux autres gravures avec lesquelles il constitue une trilogie.

 

 La littérature n'est pourtant pas absente dans ce spectacle puisque "Atem" (souffle en allemand) fait référence au poète Paul Celan. Pour le spectateur, pourtant, avoir constamment ces noms en tête ne pourrait que constituer un frein à l'appréciation de la création de Nadj. En entrant dans une petite salle du 104, c'est d'ailleurs la scénographie qui frappe : une boîte de 4 mètres sur 3 dans laquelle Anne-Sophie Lancelin et Nadj lui-même vont évoluer.

 

 Cette restriction scénique évoque les contraintes - bien souvent physiques - auxquelles Josef Nadj s'est livré dans certaines performances mémorables, en particulier dans "Paso doble", avec le plasticien Miquel Barcelo, ou "Les corbeaux". Dans les deux cas, il s'agit d'abolir la frontière entre le corps et la peinture, et de faire du corps un instrument directement connecté à une matière ou à une toile.

 

 Dans "ATEM le souffle", voir Nadj au départ passer le corps à travers une lucarne - tandis que la pure danse est dévolue à Anne-Sophie Lancelin - pourrait laisser présager d'une nouvelle épreuve physique. Il n'en est rien. A l'image de la pénombre régnant dans cette boîte, malgré une suspension lumineuse, "ATEM le souffle" est un spectacle nocturne, en mode mineur, imprégné de la teneur mélancolique du fameux tableau.

 

 Si Anne-Sophie Lancelin se démène dans cette danse caractéristique de Nadj (toute en angularité, sèche, heurtée, proche dans ses mouvements du butô), Nadj opère en officiant, chargé d'apporter sur scène des éléments divers. Il fait à nouveau merveille avec sa veine de peintre, en déroulant, tel un magicien, un double rouleau transparent sous nos yeux. Il n'est dès lors pas surprenant qu'à l'instar d'un Min Tanaka, (grand danseur de butô vu aux Bouffes du Nord), Nadj en vienne à créer une relation à la lumière, avec ce candélabre dont il allume les différentes bougies.

 

 Mais ici, point de tension liée à la préservation d'une lumière visant à échapper à de métaphoriques ténèbres : les bougies se consument, et le ballet entre Nadj et Anne-Sophie Lancelin reprend, dans un bel équilibre, remettant au coeur de la chorégraphie la question du couple. Une manière révélatrice de la tonalité globale de ce spectacle, qui mèle inventivité et tranquille appréhension de l'espace.

 

http://www.numeridanse.tv/fr/catalog&mediaRef=MEDIA120708224305915

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Karminhaka - dans DANSES CONTEMPORAINES
commenter cet article

commentaires

snoring mouth guard 28/04/2014 12:21

I am so much excited After Reading your blog. Melancholia is something which cannot be portrayed by anybody as it requires a dark mind to be concieved. So I don’t think there is much left.Your blog is very much innovative and has given the perfect shades as to how an artist thinks.

Blog De Karminhaka

  • : Attractions Visuelles
  • : Cinéma, théâtre, voyages, danse contemporaine, musique du monde
  • Contact

Recherche