Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 15:00

 

 

 thumb.jpg

                                        Photo © Élisabeth Carecchio 

 

 

Danse "Delhi", d'Ivan Viripaev

 

Mise en scène de Galin Stoev

 

Avec Océane Mozas, Marie-Christine Orry, Caroline Chaniolleau, Fabrice Adde 

 

 

"Quelque chose dans le corps et la tête s'arc-boute contre la répétition et le néant" : Sauve qui peut (la vie) J.L. Godard

 

 Œuvre d’un jeune auteur russe, « Danse-Delhi » indique très tôt la matière textuelle dans laquelle elle est travaillée. Sujet simple à priori ; histoire qui gravite autour d’une femme, Catherine (Océane Mozas) ayant eu un flash dans le quartier de Main Bazar à Old Delhi, bien connu des touristes pour son grouillement d'activités. Elle invente une danse qui la rend célèbre, inspirée par la douleur qu'elle a perçue chez certaines personnes. Y sont développées les relations qu’elle entretient avec sa mère, marquées par une grande incompréhension mutuelle. Une ossature fictive, quelques accès de nostalgie, mais surtout un traitement narratif particulier. Des scènes sont répétées, jusqu’à l’épuisement, aux confins d'une certaine absurdité.

 

 C’est que cette matière littéraire, fondée sur la variation, s’appuie sur un processus musical. Ce formalisme encourt le risque de susciter certaines critiques relatives à une froideur de l’ensemble. Ce type d’œuvre théâtrale, révélant l’habileté d’une écriture, pourrait laisser de marbre. Elle apparaît trop forte pour des comédiens qui, au départ, donnent l’impression d’une sagesse un peu trop corsetée. Mais, comme la référence musicale à laquelle on ne peut s’empêcher de penser – à Bach, en particulier - cette approche finit par distiller sa séduction, beaucoup liée à la manière dont l’humour émerge. Toute répétition se travaille, toute litanie se doit d’entrer dans un registre autre que celui du martèlement, et les comédiens finissent par s’en tirer.

 

 Pourtant, au départ, les choses sont loin d’être acquises. Fabrice Adde, qui joue Andreï, l’amant troublé et confus de la danseuse, du haut de sa silhouette longiligne, mal fagoté, et ses habits quotidiens ternes, paraît mal à l’aise, un peu trop empêtré dans ses grands mouvements. Pas évident de coller à la banalité de gestes, quand une mécanique théâtrale bien rodée semble appeler un dépassement de l’engagement. Mais ce sont sans doute les écarts d’interprétation, la vibration humaine incertaine, qui finissent par insuffler une vie particulière à cette pièce. Les scènes avec l’infirmière - qui revient inlassablement faire signer un nombre impressionnant de papiers - prennent une saveur particulière, alors qu’elles sont relatives à la maladie grave de la mère de la danseuse.

 

 Ces répétitions confinant à l'incantation, loin d'assécher la pièce, instillent au contraire une perturbation chez les personnages. Pointe, de façon très aiguë, la question de l'insensibilité d'une femme devant la mort de sa mère, de son amant devant la tentative de suicide de sa femme. Le ressassement finit par renvoyer, de manière plus globale, à une métaphysique de la douleur. De plus, en se parant d'irrésistibles élans humoristiques, la pièce gagne en vibration sensible. La scène avec la mère parlant de son cancer, jouée par Marie-Christine Orry, est particulièrement réussie, dans la distance ironique qu'elle adopte. 

 

 Cette approche tragi-comique, on la retrouve dans une pièce fondée elle aussi sur la variation et la répétition, "La ronde du carré", de Dimitri Dimitriadis, présentée l'année dernière à l'Odéon. Si on ne retrouve pas le génie de la mise en scène de Giorgio Barberio Corsetti chez Galin Stoev, celle de Danse "Delhi", réussit le pari de la discrétion.  Elle parvient à refléter le caractère intimiste d'une pièce composée de peu de personnages, contribuant à nous les rendre plus proches. 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Karminhaka - dans THEATRE (critiques)
commenter cet article

commentaires

Blog De Karminhaka

  • : Attractions Visuelles
  • : Cinéma, théâtre, voyages, danse contemporaine, musique du monde
  • Contact

Recherche