Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 07:56

 

 

 

 

 

 

La dernière piste

 

Film de Kelly Reichardt

 

Avec Michelle Williams, Paul Dano, Bruce Greenwood

 

 Minimalisme. Epure. Sécheresse formelle - on a envie de dire graphique. D'évidence, "La dernière piste" se situe hors des sentiers battus de la création cinématographique actuelle. Hors du champ conventionnel, certes, mais pas pour autant nostalgique, rivé à la perpétuation de codes spécifiques, longtemps incarnés par le western et ses mythes indéboulonnables. Le film n'est pas plus orienté vers une critique du genre, façon "sur-western" - manifestation d'une conscience aiguë des emprises manichéennes à dévoiler.

 

  Contourner l'approche intellectuelle, distanciée, du genre, permet à Kelly Reichardt de situer son film dans un espace originaire. Cette conquête de l'ouest molle, lente, représentée par trois familles pieuses, déjoue toutes les tentatives d'appropriation cynique des lieux. Pas de chevauchées : et pour cause, il y a plus de vaches, qui servent à faire avancer les carrioles, alors que les humains marchent. Le film n'est pas contemplatif pour autant, voué à une immobilité. Dès lors qu'il y a une notion de conquête, de but, il est résolument inscrit dans une dynamique. Sa profonde modernité, c'est, à partir d'un ratage (une erreur de trajectoire), de plonger les personnages vers une indétermination existentielle. 

 

 Le temps devient ainsi circulaire, plongeant les protagonistes dans une difficulté certaine de son appréhension. A cet égard, cette désorientation, et la réduction minimale de la fiction qui s'ensuit, n'est pas sans évoquer "Gerry", de Gus Van Sant, l'un des films américains les plus forts quant à cette confrontation radicale d'individus à l'espace.

 

 Si cette approche anti-manichéenne de l'ouest est en partie liée à la pureté des protagonistes, Meek, le trappeur détonne par rapport à cette ambiance innocente. A lui tout seul, il est chargé d'incarner le mythe de l'ouest, comme si la barbe et les longs cheveux qui voilent son visage reflétaient autant d'expériences acquises. Il en sait autant sur les indiens que le John Wayne de "La prisonnière du désert", au point de décliner avec précisions les caractéristiques des populations des environs, alors que le spectateur n'en verra qu'un. Mais ce savoir se transforme en oripeaux caricaturaux, puisque Meek égare la caravane. Face à l'ouverture des gens qu'il est chargé d'escorter, il finit par se retrouver totalement démuni. La puissance du savoir finit par plier devant le silence de l'indien.

 

 Face à ce Meek perçu comme un marqueur des signes de l'ouest, la présence de l'indien apporte son lot d'insignifiance - au sens d'absence de sens. On a rarement vu ces dernières années au cinéma un personnage conjuguer des attributs aussi paradoxaux : identité très marquée  (l'une des femmes dit en le découvrant : "Il est à peine vêtu") ; dépouillement total de toute caractéristique psychologique. Prisonnier des colons, il donne l'impression d'être libre de ses mouvements - il faut voir la scène étonnante où il est découvert peu à peu par la caméra juché sur un éperon rocheux, au-dessus et en avant de la caravane, en une pseudo position d'éclaireur semblant plutôt perdu dans une attente morne. 

 

 L'impossibilité de la communication liée à sa non-pratique de l'anglais n'en confère pas moins une présence très forte à cet indien, redoublée de la dépendance finale des colons par rapport à lui - n'en déplaise à Meek. Puissance du silence alliée à une forme de régression quand, après le bris d'un chariot, on le voit transporter un panier, comme un enfant laissé seul sur la plage serait tenu de se débrouiller tout seul avec son petit seau. Que les colons finissent par s'en remettre à lui pour retrouver leur route, plutôt qu'à Meek, dit ici combien toute conquête d'un nouveau lieu passe par un dépassement de l'innocence... comme du savoir.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Karminhaka - dans CINEMA (critiques)
commenter cet article

commentaires

Blog De Karminhaka

  • : Attractions Visuelles
  • : Cinéma, théâtre, voyages, danse contemporaine, musique du monde
  • Contact

Recherche