Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 21:02

 

 

 

 

 

Les Chaises, de Eugène Ionesco

 

Mise en scène de Luc Bondy

 

Avec Dominique Reymond, Micha Lescot, Roch Leibovici

 

 Un retour aux sources. Ce fut l'une de ses premières mises en scène, en 1972. Luc Bondy décide de reprendre la pièce qui avait contribué à l'installer sur les starters de metteur en scène. Presque  quarante ans plus tard, avec l'expérience et la notoriété accumulées, on doit évidemment s'attendre à autre chose qu'une duplication nostalgique, révérencieuse, comme pour signifier que la sortie serait proche. La question de l'âge, dans cette pièce de Ionesco, est présente à plus d'un titre, puisque l'intrigue met en présence un couple très âgé, qui au départ discute du passé.  Tous les jours, la femme demande à son mari de lui raconter la même histoire. Et c'est supposé durer depuis des décennies. Jusqu'à ce qu'ils initient la réception imaginaire d'invités.

 

 Beaucoup d'invités, ce qui vient justifier le fait qu'il faille beaucoup de chaises. Luc Bondy, dans cette nouvelle approche, fait bondir des détracteurs, en premier lieu la  fille de Ionesco, qui lui reproche de ne pas respecter les didascalies de la pièce. On n'épiloguera pas sur cette querelle, pas nouvelle, dont l'ampleur n'atteindra certainement pas celle qui existait avec Beckett, maître es-rigorisme, intraitable sur la manière de mettre en scène ses textes. Que les chaises ne soient pas disposées aussi vite que Ionesco le désirait - au point qu'on puisse taxer cette approche d'inerte - ne dit rien sur la volonté d'un metteur en scène. 

 

 L'objectif principal de Luc Bondy était de remonter "Les chaises" uniquement pour faire jouer des comédiens qu'il apprécie beaucoup, en l'occurrence Dominique Reymond et Micha Lescot. Ionesco désirait que les Vieux de sa pièce puissent être joués par de "jeunes" comédiens afin qu'ils puissent réaliser avec aisance les prouesses nécessitées par la mécanique comique de sa pièce. Sur ce plan, son vœu est respecté. A tel point que l'intérêt de cette nouvelle mise en scène se concentre sur ces deux comédiens, plus particulièrement de Dominique Reymond. Si dans "Les chaises", la mécanique burlesque apparaît apaisée, sage, c'est sans doute pour se concentrer sur les corps proprement dits. Faire exister les corps au détriment du burlesque, dont la nature même est de les réduire à des tensions contradictoires, à des mouvements incontrôlables.
 

 Ici, les corps des deux comédiens, à mesure que la pièce avance, fonctionnent de manière très différente. A voir comment Micha Lescot se déplace dès le début de la pièce (petit pas traînants de vieillard très réaliste, dos voûté), il est difficile d'imaginer qu'on aura affaire à une pièce dynamique. Il en est tout autrement de Dominique Reymond qui, si au début ne paraît pas plus alerte, mène petit à petit son corps à un véritable débordement chorégraphique. Un corps suppléé, soutenu progressivement par des mots ; des réactions traduisant la satisfaction, une sorte de jubilation. Un corps qui, dans sa façon de s'abandonner, de glisser, de tomber, de sautiller, de rouler, d'être dans un déséquilibre voulu, appelle une totale ivresse de l'être.

 

 Nous sommes effectivement loin des mouvements régis par une nécessité dramatique. Sa façon d'amener les chaises - clou dramaturgique de la pièce - loin de l'inscrire dans un champ purement burlesque, nous invite à considérer ce que peut être le théâtre, avant d'être une question de parole : un pur chant de la présence.

 On aura donc beau épiloguer sur les "infractions" du metteur en scène par rapport aux attentes d'un auteur, il serait bon de constater que, dans son approche de ce couple de Vieux, Luc Bondy, une quarantaine d'années après, en metteur en scène vieillissant, expose sans doute son interrogation sur le temps qui passe. A travers sa direction d'acteurs, il cherche simplement à conjurer toute fixité en faisant danser les corps.

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Publié par Karminhaka - dans THEATRE (critiques)
commenter cet article

commentaires

Blog De Karminhaka

  • : Attractions Visuelles
  • : Cinéma, théâtre, voyages, danse contemporaine, musique du monde
  • Contact

Recherche