Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 11:05

x

 

 

 

hirata-2.jpg

                             Photo : Tsukasa Aoki

 

 

 

"Les trois soeurs version Androïde" et "Sayonara ver.2"

 

Textes et mises en scène d'Oriza Hirata

 

 

 On aurait envie de dire ici à Oriza Hirata - suite à son discours élogieux sur les robots qui a fait suite à la représentation du dimanche 16 décembre - que peu nous chaut, comme il le pense, qu'un jour il sera aussi naturel que des robots ou androïdes jouent sur scène en compagnie de véritables acteurs. Ce qui nous importe, dans l'immédiat, dans l'appréhension d'une pièce de théâtre envisagée comme saisie de l'instant, c'est précisément le trouble que suscite cette différenciation entre une machine et un être humain.

 

 Le charme des deux pièces tient véritablement à cela : que l'on puisse identifier un robot comme tel et non pas - comme le sous-entend un questionnaire distribué aux spectateurs - que la confusion soit telle que l'on ne sache plus qui est quoi.

 

 Cette volonté de réduire les écarts d'identification, elle est renforcée dans "Sayonara ver.2" : alors que sur le site du T2G apparaît une photo avec une blonde et une brune, dans la version actuelle, la blonde a disparu, et les deux "femmes" présentes sur scène dans une immobilité totale appellent la confusion. Une fois levée ce trouble-là, il reste quelque chose de profondément mélancolique qu'arrive à restituer l'androïde, dans une atmosphère feutrée, faite de récitations de poèmes, sur fond de sentiment de la mort liée à une disparition programmée.

 

 Avec "Les trois soeurs version Androïde", c'est manifestement à une forme de théâtre plus familier à laquelle on assiste, dans le sillage de la pièce de Tchékov. Ici, l'étrangeté semble céder la place à une mise en scène horizontale, où les comédiens, nombreux, discutent souvent assis. On est surpris par l'abondance des dialogues, pourtant bien servis par des sur-titres astucieux. Le premier robot qui apparaît dans la pièce, à la forme beaucoup plus familière, amuse par ses réparties, en installant une atmosphère décontractée.

 

 Ce robot, apparemment vecteur d'ordre et d'équilibre, par l'efficacité qu'il appelle dans l'organisation d'un repas, déplace imperceptiblement les lignes en proposant de préparer du maquereau, manifestement un mets pas vraiment approprié. L'humain s'adapte aux propositions de la machine. Oriza Hirata joue ainsi subtilement sur la notion d'habitude : c'est ainsi qu'il oppose, de manière discrète mais essentielle, le dérèglement d'une androïde, avec un certain ordre que représentent les vrais acteurs (la maîtresse de maison, maniaque, place judicieusement un tabouret).

 

 Soucieux d'installer dans sa pièce une atmosphère ordinaire, propice à une levée des inhibitions (un personnage revient sans saluer ; il traîne littéralement sa compagne à l'extérieur, une conversation atteint un degré d'hystérisation incontrôlée), Oriza Hirata adopte l'unité de temps, de lieu et d'action. Le charme de "Les trois soeurs version Androïde" repose pour une bonne part sur ce sentiment d'une proximité ressentie par le spectateur avec les évènements se déroulant sous ses yeux - une banalisation du quotidien renforçant d'autant plus la présence du robot et de l'androïde. On guette l'arrivée ou le retour des personnages dans une sorte d'étrange familiarité. Cela rend d'autant plus sensibles les dérives de l'androïde incarnant la soeur décédée, culminant dans une scène digne de "Festen", de Thomas Vinterberg.

 

ScreenHunter_130-Dec_-17-11_16-copie-2.jpg             Photo : Tsukasa Aoki

 

    

Partager cet article

Repost 0
Publié par Karminhaka - dans THEATRE (critiques)
commenter cet article

commentaires

science toys 19/05/2014 14:07

Very interesting article with detailed description about the three sisters version of Android and i am glad to be here. This is not the first time i am reading the articles on your site. The quality contents is bringing more people here.

Blog De Karminhaka

  • : Attractions Visuelles
  • : Cinéma, théâtre, voyages, danse contemporaine, musique du monde
  • Contact

Recherche