Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 17:56

 

     Photo : Tristan Jeanne Vales

 

 

Vera

 

Pièce de Petr Zelenka

 

Mise en scène de Marcial Di Fonzo Bo et Élise Vigier

 

Avec Karin Viard, Marcial Di Fonzo Bo, Pierre Maillet, Helena Noguerra, Lou Valentini

 

 

 Il faut peut-être, pour apprécier "Vera" à sa juste valeur, procéder à une mise entre parenthèse de la démarche profonde de l'auteur, Petr Zelenka : en peignant une femme arriviste, responsable d'un cabinet de casting, il cherchait à rendre compte de la plongée de son pays, la République Tchèque, dans le néo-libéralisme le plus effréné. Transposée sur une scène de théâtre française par le duo ébouriffant de Elise Vigier et Marcial Di Fonzo Bo, force est de constater que cette localisation initiale, en étant gommée, ne perd pas sa force, mais est simplement déplacée, pour opérer dans un registre tragi-comique, avec l'exploitation d'une veine délirante propre à ce duo.

 

 Plus encore, en confiant le rôle principal à Karin Viard, familière de leur univers, les deux metteurs en scène centrent l'action sur la comédienne au point que, dans l'abondant dispositif vidéo, des images d'elle sont régulièrement projetées, de la plus petite enfance à l'âge adulte. Ainsi, si l'avidité au gain, loin de se limiter à la République Tchèque, prend un caractère universel, cette polarisation sur un rôle et une actrice resserre à ce point l'intrigue que la pièce trouve une force supplémentaire dans la peinture d'une névrose individuelle.

 

 On aura beau tenté de voir dans "Vera" une pièce dénonçant cette plongée inhumaine dans une frénésie de la réussite, Elise Vigier et Marcial Di Fonzo Bo en propose une mise en scène trépidante, renforçant son aspect délirant. Le caractère obtus de Vera, confinant à une sécheresse grandissante dans ses relations, est tendu vers une mécanique suicidaire que la mise en scène, dans son découpage vif, précipite. Avec ses innombrables séquences au montage quasi-cinématographique, ses panneaux coulissant faisant constamment basculer les nombreuses scènes, la pièce avance sur un fil instable. Et, comme bon nombre de créations contemporaines, la vidéo, très présente, contribue à créer des différents plans de réalité.

 

 Dans ce précipité d'actions, parfois inégales (les intermèdes chantées assez accessoires), on assume la disparité des interprétations : à côté d'une Karin Viard entière, les autres comédiens jouent de multiples rôles. Dans ces métamorphoses constantes, la palme revient évidemment à Marcial Di Fonzo Bo, méconnaissable au début, le visage envahi par une barbe, avec l'accent américain. On sent chez lui et son complice Pierre Maillet cette volonté d'inscrire cette pièce dans une veine qui leur est propre, celle du cabaret. Helena Noguerra est très convaincante en femme guérie d'un cancer qui retourne la proposition indécente de Vera de raconter sa maladie.

 

 Quasiment de toutes les scènes, Karin Viard est véritablement impressionnante dans le rôle de Vera. Abordant ce personnage peu amène et orgueilleux avec une distance froide (mélange de désinvolture confinant à une innocence inconsciente), une voix rauque et cassée accentuant ce détachement des émotions, elle porte de bout en bout l'irrésistible impulsion menant un sujet vers sa perte. Solidité d'une femme renforcée par sa stature amenant, lors de sa déchéance, à un renversement complet. Toute cette bascule se résume en une scène prodigieuse où, sous l'emprise de l'alcool, elle danse jusqu'à perdre le contrôle de son corps. Il faut voir, chez la comédienne, ce jeu remarquable entre les mouvements de danse, de plus en plus incertains, ces incessantes reprises, comme pour marquer une tentative ultime de maîtrise de soi, et le vacillement complet l'amenant à s'écrouler. C'est grâce à cette interprétation que "Vera", d'une noirceur interdisant toute identification, laisse, en dernier ressort, pénétrer une profonde émotion.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Karminhaka - dans THEATRE (critiques)
commenter cet article

commentaires

Blog De Karminhaka

  • : Attractions Visuelles
  • : Cinéma, théâtre, voyages, danse contemporaine, musique du monde
  • Contact

Recherche